Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Atout Grimpe dans les hautes Alpes

Publié le par atout.grimpe.over-blog.com

Atout Grimpe dans les hautes Alpes
Atout Grimpe dans les hautes Alpes
Atout Grimpe dans les hautes Alpes
Atout Grimpe dans les hautes Alpes

SORTIE ESCALADE mai 2017 à L’Argentière la Bessée

Cette année, direction les hautes montagnes des Alpes du Sud près de Briançon pour les 16 grimpeurs confirmés d’ATOUT GRIMPE. Le minibus de la ville de Gien a été le bienvenu mais chargé à bloc avec tout le matériel requis pour la semaine : cordes de rappel, baudriers, dégaines, casques…
Une météo fabuleuse et presque inespérée a permis au groupe de sportifs de gravir chaque jour de belles parois de 200 à 400m de hauteur : frissons garantis avec le vide sous les pieds ! L’avantage du lieu est qu’ils ont alterné falaises de calcaire et paroi en granit qui permettent des styles d’escalade très différents, plus athlétiques pour les unes ou plus en finesse pour les autres. Prises baquets, réglettes, dévers, surplombs, dièdres, fissures … ils ont tout testé !

Ces voies de montagne qui se méritent après leurs longues marches d’approche, induisent une atmosphère particulière. Lourds sacs à dos sur les épaules, poches à eau remplies, barres énergétiques dans les poches les grimpeurs sont restés entre 5 et 6 heures d’affilée sur le rocher sans poser le pied à terre. C’est toujours en cordée que l’on grimpe, l’assureur a un rôle essentiel, il permet à son grimpeur de progresser en toute sécurité la corde les reliant et chacun doit faire confiance à l’autre…L’escalade n’est pas un sport dangereux mais il est nécessaire d’avoir une extrême vigilance. Pieds serrés dans des chaussons d’escalade pour bien adhérer au rocher, l’exercice s’apparente à de la torture au bout de quelques heures tant les orteils sont comprimés mais c’est absolument nécessaire pour bien « sentir » la roche et profiter de ses moindres aspérités pour se hisser encore plus haut ! L’arrivée au sommet permet d’admirer les mythiques sommets enneigés alentour comme le Pelvoux, la Meije ou la Barre des Ecrins. Le temps est ensuite venu de la descente qui se fait soit par un sentier escarpé entre 2 parois ou en longs rappels de 50 mètres. Revenus sur le plancher des vaches, nos grimpeurs engloutissent leur pique-nique, les pieds dans un torrent bien frais après avoir enfin quitté leurs chaussons…

Inutile de dire que les soirées étaient bien courtes et les heures de sommeil réparatrices pour aborder la journée suivante. Chaque matin, Marie a animé une séance de yoga qui débutait par une salutation au soleil ; cet exercice a connu de plus en plus de succès au fil des jours, cela a permis aux articulations endolories de se remettre en mouvement, aux muscles de s’étirer pour affronter de nouvelles grandes voies !